dernières commandes

  •  
    Philipp, Austria
  •  
    Asin, Austria
  •  
    André, Belgium
  •  
    Sabine, Belgium
  •  
    Heiderose, Germany
  •  
    Lasse, Germany
  •  
    Dominik , Germany
  •  
    Martin, Germany
  •  
    Britta, Germany
  •  
    Marian , Spain
  •  
    Joaquín, Spain
  •  
    christophe, France
  •  
    Stephane, France
  •  
    Jose, United Kingdom
  •  
    yannis, Greece
  •  
    Giovanni, Italy
  •  
    Sonia, Italy
  •  
    Davide, Italy
  •  
    Andrea , Italy
  •  
    Indra, Latvia
  •  
    Anton Eise, Netherlands
  •  
    Jennifer, Netherlands
  •  
    Pedro , Portugal
  •  
    JOSE, Portugal
  •  
    HUGO, Portugal
  •  
    Gunnar, Sweden
  •  
    Birgitte, Sweden
  •  
    Tibor, Slovakia
  •  
    Robert, Slovakia
  •  
    sam, United States

Il y a 35 produits.

Affichage 16-30 de 35 article(s)

Graines de AIR PLANTE (Tillandsia Ionantha)

Graines de AIR PLANTE...

Prix 2,95 € (SKU: UT 13)
,
5/ 5
<h2><span style="font-size:14pt;"><strong>Graines de AIR PLANTE (Tillandsia Ionantha)</strong></span></h2> <h2><span style="color:#f80202;font-size:14pt;"><strong>5 graines par sachet.</strong></span></h2> <p>Tillandsia L. est un genre de plante de la famille des Bromeliaceae (famille de l'ananas). <span>Ce genre comprend plus de 700 espèces, soit épiphytes ou lithophytes, soit terrestres, présentes essentiellement sur le continent américain (de la Floride à l'Argentine).</span></p> <p><span>Les tillandsias épiphytes et lithophytes, les plus nombreuses, sont parfois appelées « filles de l'air », du fait de leur propension naturelle à s'accrocher partout où les conditions leur permettent : fils téléphoniques, branches d'arbres, écorces, rochers nus, etc. Leurs graines légères et munies d'un parachute soyeux facilitent cette dissémination.</span></p> <p><span>Leurs feuilles, de couleur plus ou moins argentée, sont recouvertes de cellules spécialisées capables d'absorber rapidement l'humidité ambiante (rosée, eau de ruissellement). Leurs racines, quand elles existent, sont transformées en crampons chez les espèces dites « aériennes » et ne servent plus que d'ancrage à leur support.</span></p> <p><strong><span>Culture</span></strong></p> <p><span>Les tillandsias sont généralement des plantes faciles à acclimater en culture, du moment que l'on respecte les exigences liées à leur mode de vie épiphyte ou lithophyte.</span></p> <p><strong><span>Arrosages</span></strong></p> <p><span>Pour les espèces dites « aériennes » (la majorité des espèces courantes en culture hormis T. cyanea), c'est-à-dire celles dont les racines sont transformées en crampons sans aucun pouvoir d'absorption, l'arrosage se fait par les feuilles sous forme de vaporisations fréquentes, ou de trempages brefs de la plante dans un récipient plein d'eau. On utilisera impérativement de l'eau non calcaire. L'eau de pluie récupérée de l'écoulement d'un toit moussu ou végétalisé est la meilleure qui soit pour cet usage, si on en dispose.</span></p> <p><span>L'arrosage est à effectuer plutôt le matin que le soir car, d'une part, cela reproduit les apports d'eau naturels par la rosée matinale, appréciée par ces plantes, d'autre part, cela réduit le risque de pourriture (la température baisse durant la nuit et les feuilles sèchent moins vite). La plante doit sécher complètement entre deux vaporisations ou trempages.</span></p> <p><span>L'aspect de la plante indique généralement ses besoins en eau :</span></p> <p><span>Plante verte ou vert-grisâtre, non ou à peine pruineuse : arrosages abondants, journaliers voire plusieurs fois par jour en période chaude et sèche.</span></p> <p><span>Plante blanc-grisâtre non pelucheuse : arrosages réguliers mais espacés, 1 fois tous les 2 jours environ, 1 fois tous les jours en période chaude et sèche, 1 fois par semaine en période froide et humide.</span></p> <p><span>Plante blanc-grisâtre pelucheuse : arrosages faibles, rarement plus de 2 à 3 fois par semaine en période chaude et sèche et bien égoutter la plante après l'arrosage, attention à ne pas laisser d'eau dans le cœur (pourriture facile et rapide), en hiver les arrosages seront juste suffisants pour éviter le flétrissement.</span></p> <p><span>Si la plante est flétrie, il suffit de la laisser tremper quelques heures dans l'eau puis de l'égoutter. En cas de flétrissement sévère, il est préférable de renouveler l'opération avec un séchage complet entre deux trempages plutôt que de prolonger la durée du trempage.</span></p> <p><span>Pour les espèces à base bulbeuse (T. bulbosa, T. caput-medusae, T. butzii, etc.) , on prendra soin de ne pas faire rentrer d'eau entre les bases foliaires (culture tête en bas, trempage éclair).</span></p> <p><strong><span>Aération</span></strong></p> <p><span>Une bonne ventilation est nécessaire pour éviter les maladies fongiques (pourriture du cœur, toujours fatale). Placer les plantes à l'extérieur (balcon, jardin) à la belle saison leur est très bénéfique.</span></p> <p><strong><span>Lumière</span></strong></p> <p><span>Ces plantes ont dans l'ensemble besoin d'une forte luminosité. En été à l'extérieur on préfèrera cependant l'ombre légère d'un arbre aux heures les plus chaudes. En hiver, le soleil direct est indispensable si la température reste élevée (plus de 16°C). Tout cela est à nuancer suivant la région de culture et l'espèce cultivée : en général les espèces les plus blanches et pelucheuses supportent voire réclament le soleil direct alors que les espèces vertes le craignent.</span></p> <p><strong><span>Température</span></strong></p> <p><span>Pour la majorité des espèces, la température idéale de croissance se situe entre 20° et 25°C, avec un minimum de 10°C et un maximum de 30°C. Rares sont celles qui résistent à -10°C, mais certaines, généralement originaires de zones d'altitude, sont suffisamment rustiques pour supporter des gels légers et brefs et vivre à l'extérieur toute l'année dans les zones à hivers doux (citons T. aeranthos, T. bergeri, T. usneoides).</span></p> <p><span>Une chute modérée des températures stimule la floraison de nombreuses espèces.</span></p> <p><strong><span>Multiplication</span></strong></p> <p><span>Comme toutes les broméliacées, les rosettes des tillandsias sont monocarpiques : une rosette qui a fleuri cesse sa croissance terminale et dépérit progressivement (sur plusieurs années) tout en produisant à sa base un ou plusieurs rejets qui assureront le maintien et la croissance de la touffe. Certaines espèces, généralement à port rameux, produisent des rejets avant la floraison.</span></p> <p><span>Pour multiplier une plante, on séparera ses rejets lorsqu'ils auront atteint une taille suffisante pour être autonomes. Séparés tôt, ils auront une croissance lente au début mais la plante-mère produira certainement d'autres rejets en remplacement. Séparés tard, leur croissance sera plus rapide mais le nombre de plants obtenus sera moins élevé.</span></p> <p><span>Le semis est possible et relativement facile mais les plantules obtenues sont minuscules et ont une croissance extrêmement lente durant plusieurs années. De plus, beaucoup d'espèces étant auto-stériles, deux individus non clonés, et fleurissant simultanément, sont nécessaires pour obtenir des graines viables. Ce mode de propagation n'est guère pratiqué que par les professionnels ou les amateurs éclairés.</span></p>
UT 13
Graines de AIR PLANTE (Tillandsia Ionantha)
  • Exclusivité web !
Graines Goémon blanc, Mousse d'Irlande, Carragheen (Chondrus crispus)

Graines Goémon blanc,...

Prix 1,95 € (SKU: MHS 101 CC)
,
5/ 5
<!DOCTYPE html> <html> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> </head> <body> <h2><span style="font-size: 14pt;"><strong>Graines Goémon blanc, Mousse d'Irlande, Carragheen (Chondrus crispus)</strong></span></h2> <h2><span style="color: #f60101; font-size: 14pt;"><strong>10 Graines par sachet.</strong></span></h2> <p><span>Chondrus crispus, aussi appelé Goémon blanc, Mousse d'Irlande ou Carragheen est une espèce d'algues rouges de la famille des Gigartinaceae. Elle est récoltée pour produire des carraghénanes.</span></p> <p><span>Cette algue rouge, très polymorphe d'aspect, mesure en général entre 7 et 15 cm de long. Sa couleur varie de pourpre à vert en passant par le brun, avec de nombreuses nuances intermédiaires. À l'état sec, Chondrus crispus prend un aspect presque corné.</span></p> <p><span>Cette algue s'attache au substrat par un petit crampon, surmonté d'un stipe fin, qui s'élargit en ramifications très lobées, aplaties, et en partie translucides. Ces lobes, de forme variée, peuvent se subdiviser en lobules, ce qui donne à l'algue un aspect "frisé" (d'où le terme "crispus").</span></p> <p><span>Une espèce très ressemblante, Mastocarpus stellatus, a un stipe enroulé sur les bords et a un aspect plus rugueux.</span></p> <p><strong><span>Répartition et habitat</span></strong></p> <p>Cette algue pousse sur substrat rocheux, au niveau de l'étage infralittoral.</p> <p>En Europe, elle pousse dans l'Atlantique, la Manche, la mer du Nord ; elle est rare en mer Baltique1.</p> <p><strong><span>Utilisation économique</span></strong></p> <p><span>Cette espèce, utilisée pour la fabrication de médicaments et en cuisine pour son pouvoir gélatinisant, était autrefois récoltée de façon traditionnelle. « Entrant dans l'eau jusqu'à la ceinture, les récolteurs, hommes, femmes et enfants, arrachent avec les mains ou coupent à l'aide de couteaux les touffes de la petite algue qui en certains endroits forme le tapis végétal sous-marin. Grossièrement trié, le lichen est exposé sur la grève et blanchi par la rosée et le soleil »4. Des procédés artificiels, utilisant des produits soufrés, permettaient d'améliorer et d'accélérer le séchage. Selon une estimation de 1915, pour une production française totale de 2 000 tonnes, le Finistère en récoltait environ 1 000 tonnes5.</span></p> <p><span>Chondrus crispus est pour l'industrie agro-alimentaire une source de carraghénane, utilisée comme épaississant, gélifiant et stabilisateur6 dans les laitages et les glaces7 et est donc un additif alimentaire: le E407 ou E407b. On le retrouve comme épaississant dans la fabrication de la bière et du vin ( procédé du collage). La Mousse d'Irlande est souvent confondue avec Mastocarpus stellatus (Gigartina mammillosa), Chondracanthus acicularis (G. acicularis) et d'autres algues type varechs8. Le carraghénane et l'agar-agar sont utilisés et cultivés en Asie pour les desserts à base de gélatine alimentaire, tel la gelée d'amande. La source majeur de carraghénane est l'algue tropicale du genre Kappaphycus et Eucheuma9.</span></p> <p><span>En Écosse (sous le nom (An) Cairgean en Gaélique écossais) et en Irlande, on la fait bouillir dans du lait, ensuite filtrée on y ajoute différents ingrédients, sucre, vanille, cannelle, brandy ou whisky10. On obtient ainsi une sorte de gélatine similaire à la Panna cotta, au tapioca, ou au Blanc-manger11. Au Trinité-et-Tobago Gracilaria spp est bouillie avec de la cannelle et du lait pour faire une boisson aphrodisiaque épaisse appelée Irish Moss (La Mousse d'Irlande)12. Au Venezuela elle est utilisée depuis des générations comme remède traditionnel pour le mal de gorge et la congestion pulmonaire, bouillie dans le lait et servie avec du miel avant de se coucher</span></p> </body> </html>
MHS 101 CC
Graines Goémon blanc, Mousse d'Irlande, Carragheen (Chondrus crispus)
  • Exclusivité web !
Zebra Grass - Miscanthus sinensis 'Zebrinus'

Graines de Herbe de Zèbre...

Prix 1,55 € (SKU: UT 14)
,
5/ 5
<h3><span style="font-size:14pt;"><strong>Graines de Herbe de Zèbre (Miscanthus sinensis Zebrinus)</strong></span></h3> <h3><span style="color:#d0121a;font-size:14pt;"><strong>10 graines par sachet.</strong></span></h3> <p><strong>Culture</strong></p> <p>Il est très facile à cultiver, il a besoin d'humidité moyenne, de sol bien fuyant en plein soleil ou à mi-ombre. Il tolère un large éventail de types de sols, du sol sableux fortement sec au sol argileux. Préfère un sol humide. Il a grandi mieux quand il a plein soleil. Moins se développe dans les conditions d'absence totale de lumière du soleil, ne fleurit pas assez et a tendance à sécher. Il est tolérant à la chaleur élevée et à l'humidité élevée. Les feuilles dans le sol doivent être coupées à la fin de l'hiver, juste avant l'apparition de nouvelles feuilles.</p> <p><strong>Caractéristiques significatives</strong></p> <p>Miscanthus sinensis, souvent connu comme l'herbe d'argent chinoise ou l'herbe argentée japonaise, pousse généralement de 150 cm à 210 cm. Il provient des régions inférieures du Japon, de la Corée et de la Chine. Il est maintenant représenté dans diverses régions et terres.</p> <p>Cette herbe a groupé les feuilles et les tiges, qui lui donnent un aspect arrondi comme la fontaine. Les feuilles sont droites et ont des pointes pointues, blanchâtres ou argentées, avec des arêtes vives. Les feuilles sont d'une nuance attrayante de jaune à orange jusqu'à l'automne et ensuite progressivement pâle de couleur beige à l'hiver. Des fleurs roses ou rouges, en forme de plumes, fleurissent d'août à octobre. Les fleurs deviennent progressivement beige à la fin de l'automne à mesure que les graines mûrissent. Et la fleur et les feuilles conservent une belle forme décorative durant l'hiver, ce qui peut changer la neige qui tombe. Le zèbre est facilement distribué, souvent sur les bords de la route, du chemin de fer ou aux extrémités de la forêt.</p> <p>Zebrinus est connu sous le nom de zèbre, formé en forme de groupe, connu pour les feuilles reliées horizontalement. Sa forme typique est constituée de feuilles dans le groupe et les tiges de fleurs s'élèvent au-dessus des feuilles jusqu'à 60 cm, ce qui fait que la hauteur totale de l'herbe peut atteindre 240 cm. Les caractéristiques des feuilles vert foncé sont des bandes jaunes dorées qui traversent horizontalement la feuille à intervalles irréguliers (bandes de Zebra). Les feuilles se fanent progressivement après le gel. Les fleurs sont roses et apparaissent à la fin de l'année, elles poussent au-dessus des feuilles, et à la fin de l'automne les couleurs changent en blanc argenté. La fleur survit bien pendant l'hiver de sorte que la plante entière a toujours un aspect beau et décoratif.</p> <p>Il n'y a pas de problèmes communs avec les insectes et les maladies. En hiver, il peut être nécessaire de le protéger en cas de neige abondante car il a tendance à se plier au sol</p> <p><strong>ORIGINAL TEXT:</strong></p> <p><strong>Culture</strong></p> <p>Easily grown in average, medium moisture, well-drained soil in full sun to part shade. Tolerant of a wide range of soils from well-drained sandy soils to the heavy clays present in much of the St. Louis area. Prefers moist soils. Best in full sun. Less vigorous with decreased flowering and tendency to flop in too much shade. Tolerant of summer heat and humidity. Clumps slowly expand in circumference by short rhizomes, but typically retain tight clump shape. Foliage should be left standing throughout the winter for visual interest and crown protection. Cut foliage close to the ground in late winter just before new shoots appear. Propagate by division of the crown. This grass will reseed to the point of being somewhat invasive in the milder parts of its growing range. Mulch helps prevent reseeding.</p> <p><strong>Noteworthy Characteristics</strong></p> <p>Miscanthus sinensis, commonly known as Chinese silver grass, Japanese silver grass or eulalia grass, is a clump-forming warm season grass that typically grows to 3-7’ tall. It is native to lowlands and lower alpine areas in Japan, Korea and China. It has escaped gardens and naturalized in over 25 states in the Central and Eastern U.S. east of the Mississippi River plus in several western States including Colorado and California.</p> <p>This grass features a dense clump of upward-arching stems and leaves which give it a rounded, fountain-like appearance. Linear leaves (to 3-4’ long and 3/8” wide) have tapered tips, serrate margins and whitish to silvery midribs. Foliage often turns attractive shades of yellow to orange by mid-fall before gradually fading to beige-tan for winter. Pink to red flowers in feathery, whisk-like, loose terminal panicles (8-10” long) bloom above the foliage from late August to October. Flower panicles gradually turn beige by mid-fall as the seeds mature. Flower panicles and foliage both retain good arching shape, beige color and ornamental interest throughout winter, with enhanced attractiveness often coming from a covering of new fallen snow.</p> <p>Miscanthus sinensis will spread somewhat invasively in the landscape, particularly in some of the milder areas of its growing range. It often initially spreads to disturbed sites such as roadsides, railroad right-of-ways or woodland margins. Invasive potential for the species is significant, but is of less concern for many of the numerous ornamental cultivars, some of which are sterile.</p> <p>Genus name comes from the Greek words miskos meaning a stem and anthos meaning flower in reference to the stalked spikelets.</p> <p>Specific epithet means Chinese.</p> <p>This grass was once included in the genus Eulalia, but was subsequently reclassified to the genus Miscanthus with retention of its common name of Eulalia grass by many gardeners.</p> <p>'Zebrinus', knows as zebra grass, is a clump-forming grass noted for its horizontally banded foliage which is reminiscent of both the popular M. s. 'Strictus' and M. s. 'Puenktchen'. However, 'Zebrinus' clumps are rounded, tend to flop and often need support, whereas 'Strictus' and 'Puenktchen' both feature spiky, upright leaf blades in narrower clumps which usually do not need staking. 'Zebrinus' typically forms a substantial foliage clump to 4-6' tall, however it sends up flower stalks to 2' above the foliage clump, thus bringing the total height of the grass to 6-8' tall when in flower. Features dark green leaves with zebra-striped, golden yellow bands extending horizontally across the leaves at irregular intervals. Foliage gradually fades to tan after frost. Tiny pink/copper-tinted flowers appear in tassel-like inflorescences above the foliage in late summer, gradually turning into silvery white plumes in fall. Flower plumes persist well into winter providing good winter interest.</p> <p><strong>Problems</strong></p> <p>No frequently occurring insect or disease problems. In some areas of the U.S., miscanthus mealybug and miscanthus blight are becoming significant problems. Miscanthus mealybug causes stunted growth and is difficult to eradicate because it lives inside the stems. Miscanthus blight is a fungal disease which attacks the blades and sheaths. Leaf rust may occur.</p> <p>'Zebrinus' clumps may need staking and are susceptible to collapsing in winter from heavy snows.</p> <p>Common Name: zebra grass, Maiden Grass Zebrinus, Eulalia Zebrinus, Chinese Silver Grass, Japanes Silver Grass, Zebra-Striped grass.</p> <p>Type: Ornamental grass</p> <p>Family: Poaceae</p> <p>Zone: 5 to 9</p> <p>Height: 5.00 to 8.00 feet</p> <p>Spread: 4.00 to 6.00 feet</p> <p>Bloom Time: August to February</p> <p>Bloom Description: Pinkish white</p> <p>Sun: Full sun to part shade</p> <p>Water: Medium</p> <p>Maintenance: Low</p> <p>Flower: Showy</p> <p>Leaf: Colorful</p> <p>Other: Winter Interest</p> <p>Tolerate: Drought, Erosion, Dry Soil, Black Walnut, Air Pollution</p>
UT 14
Zebra Grass - Miscanthus sinensis 'Zebrinus'
  • Exclusivité web !
Graines de Thym Serpolet (Thymus serpyllum) 1.95 - 6

Graines de Thym Serpolet...

Prix 1,95 € (SKU: MHS 111)
,
5/ 5
<h2><strong>Graines de Thym Serpolet (Thymus serpyllum)</strong></h2> <h2><span style="color:#ff0000;"><strong>50 graines par sachet.</strong></span></h2> <p>Le serpolet (Thymus serpyllum) ou thym serpolet est un sous-arbrisseau de la famille des Lamiacées appartenant au genre Thymus.</p> <p>Son nom d’espèce dérive, via le provençal, du latin serpyllum qui désignait les thyms rampants (également serpillum et serpullum). Le terme latin vient du grec herpyllos, « ramper », allusion à ses tiges couchées, traçantes qui lui permettent de former des coussins gazonnants.</p> <p>C'est une plante aromatique basse, d'environ 10 cm de hauteur, et s'étendant jusqu'à 50 cm de largeur ; elle est tapissante, aux tiges radicantes aux nœuds, aux très petites feuilles opposées ovales ou lancéolées, aux courtes hampes florales dressées. De juin à septembre, son feuillage aromatique vert à reflets pourprés sous le soleil disparaît littéralement sous une nuée de petites fleurs bleues groupées en capitules terminaux, plus carminés dans la variété Coccineus. Après la floraison, (juin à octobre) viennent les fruits formés de quatre petits akènes.</p> <p>C'est une plante des zones ensoleillées, broussailles, prés secs, pâturages d'estive maigres, rochers, dunes, jusqu'à 3000 m d'altitude.</p> <p>Elle a des caractéristiques aromatiques assez proches de celles du thym commun, en plus discret et moins complexe. Ses feuilles ont une odeur de citron.</p> <h3><strong>Culture</strong></h3> <p>C'est une psammophyte tapissante, au feuillage persistant qui résiste au gel jusqu'à −20 °C. Plante couvre-sol, elle empêche les mauvaises herbes de pousser.</p> <p>Elle ne doit pas être plantée dans une terre trop riche car c'est dans les sols maigres et secs qu'elle donne le meilleur d'elle-même et répand alors des senteurs de garrigue. Quant à sa multiplication, elle se fait par division des touffes au printemps ou par bouturage estival.</p> <h2><strong>Propriétés médicinales</strong></h2> <p>Le serpolet est antiseptique et il a des propriétés anti-virales. Il est aussi stomachique, cholérétique, diurétique, expectorant et antispasmodique.</p> <p>En aromate ou en infusion, c'est un désinfectant des voies digestives souvent utilisé associé au romarin et à la sauge. Il soulage les digestions difficiles. L'infusion de serpolet s'utilisait en bain de bouche en cas d'inflammation des gencives et en gargarisme en cas d'irritation de la gorge ou d'angine2.</p> <p>Mais surtout le serpolet ou des préparations contenant les divers thyms s'utilisent en fumigation pour traiter les rhinites et les sinusites.</p> <h3><strong>Plante hôte</strong></h3> <p>Le serpolet est une plante mellifère, également hôte des chenilles de plusieurs papillons : la Zygène pourpre (Zygaena purpuralis), l'Eupithécie du Thym (Eupithecia distinctaria), et l'Azuré du serpolet (Maculinea arion)3.</p> <p>Huile essentielle</p> <p>Le Thymus serpyllum contient 0,15 à 0,60 % d'essence incolore à jaune, d'odeur semblable à celle de la mélisse et du thym.</p>
MHS 111
Graines de Thym Serpolet (Thymus serpyllum) 1.95 - 6
Graines de le TRÈFLE VIOLET Comestible 2.25 - 7

Graines de le TRÈFLE VIOLET...

Prix 1,95 € (SKU: VE 178 (3g))
,
5/ 5
<!DOCTYPE html> <html> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> </head> <body> <h2><strong>Graines de le TRÈFLE VIOLET (Trifolium pretense)</strong></h2> <h2><strong><span style="color: #ff0000;">1000 graines par sachet. </span> </strong></h2> <p>Trifolium pratense, le trèfle violet, appelé aussi trèfle des prés2, est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Fabaceae, sous-famille des Faboideae, originaire d'Eurasie et d'Afrique du Nord.</p> <p>Ce sont des plantes herbacées vivaces pouvant atteindre 80 cm de haut, largement cultivées comme plante fourragère dans les régions tempérées des différents continents.</p> <p>Cette espèce botanique est à l'origine des nombreuses variétés fourragères de trèfle violet cultivé.</p> <p><strong>Utilisation</strong></p> <p><strong>Plante fourragère</strong></p> <p>Il peut être utilisé en pâture, en ensilage<sup>2</sup> et en foin, bien qu'il soit difficile à sécher<sup>11</sup>. Météorisant, il doit être pâturé avec précaution.</p> <p>C'est un fourrage d'excellente qualité très apprécié et très digestible, très riche en protéines.</p> <p><strong>Engrais vert</strong></p> <p>Le trèfle des près est aussi cultivé comme engrais vert pour enrichir les sols en azote<sup>12</sup>.</p> <p><strong>Plante mellifère</strong></p> <p>Comme la plupart des légumineuses prairiales, il est très mellifère et sa floraison dure longtemps.</p> <p><strong>Plante comestible</strong></p> <p>Le trèfle est une plante comestible. Les feuilles, sans le pétiole un peu coriace, sont bonnes crues en salades ou cuites comme légume. Leur saveur est douce et agréable. Les inflorescences s'ajoutent aux salades ou aux desserts. Les enfants jouent parfois à sucer les fleurs afin de profiter du nectar que les fleurs libèrent au soleil. Séchées et pulvérisées, on mélangeait parfois ces fleurs à la farine pour faire du pain<sup>13</sup>.</p> <p>On peut en moudre les graines pour en faire de la farine ou les faire germer pour un apport supplémentaire en vitamines<sup>14</sup>.</p> <p><strong>Plante médicinale</strong></p> <p>Le trèfle des prés est aussi une plante médicinale<sup>15</sup> riche en phytoestrogènes (isoflavones), utilisée contre les symptômes liés à la ménopause (mais des études cliniques sont encore nécessaires).</p> <p>Traditionnellement utilisée contre les diarrhées, la toux et les éruptions cutanées chroniques, l'infusion de trèfle des prés est dépurative et rafraîchissante pour les yeux fatigués<sup>14</sup>. Les inflorescences sont dépuratives, diurétiques et cholagogues. Les têtes florales peuvent être appliquées par voie externe pour apaiser des affections cutanées (brûlures, eczéma)<sup>16</sup>. Elles sont aussi parfois utilisées dans les médicaments contre les affections de la gorge car elles ont un effet apaisant.</p> <p><strong>Plante-emblème</strong></p> <p>Le trèfle des près est la fleur officielle de l'État du Vermont, aux États-Unis</p> <p><strong>Noms vernaculaires</strong></p> <p>Trèfle, trèfle commun, trèfle rouge, herbe à vache, trèfle pourpre, trèfle d'Espagne, trèfle rose, trèfle violet, trèfle des prés, suçotte</p> <p><strong>Description</strong></p> <p>Le trèfle des prés est une plante herbacée de 5 à 50 cm de haut, velue, dressée ou ascendante. Sa durée de vie est de 2 à 3 ans.</p> <p><strong>Feuilles</strong></p> <p>Les feuilles sont formées de trois folioles elliptiques à ovales, à marge entière, vertes avec en général un croissant blanchâtre caractéristique. Les feuilles supérieures sont opposées et subsessiles. Les stipules sont largement triangulaires, terminées en pointe.</p> <p><strong>Fleurs</strong></p> <p>Les fleurs, rosées au sommet, blanchâtres à la base, sont disposées en grosses têtes globuleuses. Le calice est formé d'un tube velu à 10 nervures prolongé par 5 dents ciliées, dont une est plus longue que les autres. La floraison s'étend de mai à septembre et sur une période encore plus longue dans le sud de la France.</p> <p><strong>Fruits</strong></p> <p>Le fruit est une petite gousse de 3 à 10 mm.</p> <p><strong>Distribution et habitat</strong></p> <p>Connu et apprécié depuis l'antiquité, le trèfle violet cultivé est probablement originaire d'Espagne2. Il est commun dans différents pays d'Europe et dans toute la France métropolitaine en particulier. C'est une des principales espèces fourragères en Scandinavie, au Canada, mais il est également présent sur le pourtour du Bassin méditerranéen5. Il a été développé plus récemment de manière importante en Amérique et en Australie dans les zones tempérées humides. L'espèce se rencontre dans les bois clairs, les lisières, les cultures, les prés et les forêts. Elle résiste bien au froid et peut être cultivée en altitude.</p> <p><strong>Culture</strong></p> <p>Il est généralement cultivé en association avec une graminée comme le ray-grass d'Italie ou le ray-grass hybride dans les prairies temporaires sur sols acides7. En Europe du Nord et au Canada on rencontre plutôt l'association avec la fléole des prés.</p> <p>Il est possible de réaliser trois ou quatre coupes par an pour ensilage, enrubannage ou foin, bien qu'il soit difficile à sécher.</p> </body> </html>
VE 178 (3g)
Graines de le TRÈFLE VIOLET Comestible 2.25 - 7
Graines de lagure ovale, queue-de-lièvre 1.65 - 6

Graines de lagure ovale,...

Prix 1,65 € (SKU: UT 15)
,
5/ 5
<!DOCTYPE html> <html> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> </head> <body> <h2><strong>Graines de lagure ovale, queue-de-lièvre (Lagurus ovatus)</strong></h2> <h2><span style="color: #ff0000;"><strong>10 graines par sachet.</strong></span></h2> <p>Le<span> </span><b>lagure ovale</b>, appelé aussi<span> </span><b>gros-minet<span> </span></b>ou<span> </span><b>queue-de-lièvre</b><span> </span>(<i>Lagurus ovatus</i>), est une<span> </span>plante herbacée<span> </span>annuelle de la<span> </span>famille<span> </span>des<span> </span>Poacées, sous-famille des<span> </span><i>Pooideae</i>, tribu des<span> </span><i>Aveneae</i>. Elle est assez commune en<span> </span>Europe<span> </span>dans les régions<span> </span>littorales.</p> <p>Elle est parfois cultivée comme plante ornementale pour ses<span> </span>inflorescences<span> </span>soyeuses et décoratives, utiles pour la confection de<span> </span>bouquets<span> </span>secs avec l'Immortelle des dunes.</p> <p>C'est l'unique<span> </span>espèce<span> </span>du<span> </span>genre<span> </span><i>Lagurus</i>.</p> <h2><span class="mw-headline" id="Description">Description</span></h2> <h3><span id="Appareil_v.C3.A9g.C3.A9tatif"></span><span class="mw-headline">Appareil végétatif</span></h3> <p>C'est une plante annuelle de 10 à 40 cm de haut, velue, se présentant souvent en populations denses le long des chemins. Son réseau de racines étalé et superficiel contribue à la fixation des dunes. Ses tiges filiformes feuillées sont solitaires ou en fascicules. Ses feuilles pubescentes, courtes, larges, vertes ont la base du limbe munie d'une ligule courte, tronquée, pubescente. La feuille supérieure présente une<span> </span>gaine<span> </span>ventrue très caractéristique<sup id="cite_ref-Bock_1-0" class="reference">1</sup>.</p> <h3><span class="mw-headline" id="Appareil_reproducteur">Appareil reproducteur</span></h3> <ul> <li>Couleur dominante des fleurs : blanc</li> <li>Période de floraison : mai-août</li> <li>Inflorescence :<span> </span>racème<span> </span>capituliforme, les longs poils laineux des glumes et les longues arêtes simples des fleurs de cette inflorescence lui valant le nom de queue-de-lièvre<sup id="cite_ref-Bock_1-1" class="reference">1</sup>.</li> <li>Sexualité :<span> </span>hermaphrodite</li> <li>Ordre de maturation :<span> </span>protandre</li> <li>Pollinisation :<span> </span>anémogame</li> <li>Fruit :<span> </span>caryopse</li> <li>Dissémination :<span> </span>anémochore<sup id="cite_ref-2" class="reference">2</sup></li> </ul> <h2><span id="Habitat_et_r.C3.A9partition"></span><span class="mw-headline">Habitat et répartition</span></h2> <p>Habitat type : friches annuelles, subnitrophiles, submaritimes, thermoatlantiques. Plante nitrophile, elle tend à supplanter les espèces typiques de la<span> </span>dune fixée<span> </span>dans les zones victimes de la surfréquentation touristique<sup id="cite_ref-Bock_1-2" class="reference">1</sup>.</p> <p>Son aire de répartition est méditerranéen-atlantique. Cette espèce méditerranéenne est spontanée en<span> </span>Afrique du Nord<span> </span>(du Maroc à l'Égypte), dans les archipels de l'Atlantique (Açores,<span> </span>Madère<span> </span>et<span> </span>îles Canaries), en Europe méridionale (France,<span> </span>Espagne, Portugal,<span> </span>Italie, ex-Yougoslavie, Grèce) et au Proche-Orient (Israël,<span> </span>Liban,<span> </span>Turquie,<span> </span>Syrie). Elle s'est naturalisée le long du littoral et parfois à l'intérieur, dans les<span> </span>îles Britanniques<span> </span>et dans les autres continents<sup id="cite_ref-Bock_1-3" class="reference">1</sup>.</p> </body> </html>
UT 15
Graines de lagure ovale, queue-de-lièvre 1.65 - 6
Graines de Cataire ou Chataire (Nepeta cataria)

Graines de Cataire ou...

Prix 1,95 € (SKU: MHS 88)
,
5/ 5
<!DOCTYPE html> <html> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> </head> <body> <h2><strong><em><span style="text-decoration: underline;">Graines de Cataire ou Chataire (Nepeta cataria)</span></em></strong></h2> <h3><span style="color: #ff0000;"><strong>170+- (0,1 g)  graines par sachet.</strong></span></h3> <p>Le cataire appartient à la famille des menthes (Lamiaceae), elle présente donc les caractéristiques suivantes:</p> <p>◦Une tige carrée ;</p> <p>◦Des feuilles opposées sur la tige. Les feuilles sont bien dentées et relativement poilues lorsqu’on les observe de près. Voir photo ci-dessous ;</p> <p>◦Des fleurs à deux lèvres.</p> <p>Les feuilles sont pétiolées et de forme triangulaire, fortement dentées et affichant un aspect poilu et grisâtre en dessous. Voir photo suivante.</p> <p> </p> <p>Les fleurs sont petites et blanches, avec des petits points rouges. Le fleurs tubulaires comportent 2 lèvres, la lèvre inférieure étant plus grande que la supérieure. Voir photo suivante. Notez les deux feuilles opposées juste en dessous du groupement floral.</p> <p> </p> <p>Voici une tige fleurie complète. La plante fleurit abondamment de juin à septembre.</p> <p> </p> <p>Le cataire est une plante très aromatique, avec une odeur caractéristique et prenante que j’aurais du mal à décrire ici. Certains trouvent l’odeur désagréable. Certains parlent d’une odeur entre la menthe pouliot et la menthe poivrée. On retrouve effectivement certains parfums mentholés, mais il y a une autre composante, probablement responsable de l’effet que la plante peut avoir sur les chats (les nepetalactones probablement).</p> <p> </p> <p>Le cataire a un effet aphrodisiaque sur les chats. Ils s’y roulent dedans, la bave à la gueule, comme drogués. Un de mes chats mange les feuilles et s’occupe de me rabattre mes plants en pots, parfois d’une manière un peu extrême. Je retrouve souvent des poils un peu partout dans mes plants de cataire. Il arrive parfois qu’un chat mâle asperge un plant d’urine ou de sperme.</p> <p> </p> <p>Donc un conseil : gardez toujours un plant en pot ou sous grillage à l’abri des chats afin de faire une récolte “propre”.</p> <p> </p> <p><strong>Tempérament</strong></p> <p>Refroidissant</p> <p>Calmant</p> <p>Stimulant par certains aspects</p> <p> </p> <p><strong>Goût</strong></p> <p>Acre</p> <p>Amer</p> <p>Aromatique</p> <p>L’âcreté va agir sur les tissus, les conditions et les tempéraments tendus et excités. La composante amère va stimuler le système digestif. La composante aromatique va apporter un effet tonifiant et circulatoire. La plante est donc, un peu comme la menthe, à la fois calmante et stimulante, tout dépend du besoin de l’individu.</p> <p> </p> <p><strong>Propriétés Médicinales du Cataire</strong></p> <p><strong>Troubles digestifs</strong></p> <p>Le cataire est l’une des meilleures plantes pour calmer les spasmes des muscles lisses du système digestif.</p> <p> </p> <p>Tout comme les muscles squelettiques, les muscles lisses de l’estomac ou de l’intestin peuvent rentrer dans des états de crampe. Les muscles ont trop travaillé dû à un repas trop copieux ou trop riche. Ou parfois, la taille ou la richesse du repas est normale, mais les muscles doivent compenser un manque de suc en s’activant deux fois plus. Toujours est-il qu’au bout d’un moment, on souffre de crampes.</p> <p> </p> <p>Le cataire est antispasmodique, il relâche ces muscles hypertendus, tout en stimulant la sécrétion de sucs gastriques. Car la digestion est à la fois musculaire et chimique, et ces deux composantes doivent travailler ensemble de manière équilibrée. C’est l’une de mes infusions digestives préférées.</p> <p> </p> <p>Elle est particulièrement efficace pour les maux de ventre des enfants. Une tisane apporte souvent un soulagement rapide. Un macérât huileux de cataire appliqué sur le bas du ventre peut aussi agir de manière externe.</p> <p> </p> <p>Matt Wood(1) la recommande pour les coliques infantiles, lorsque l’enfant plie les jambes vers l’abdomen, ou encore “pédale” d’une manière violente à cause de la douleur. Michael Moore(2) confirme et l’indique pour la colique infantile accompagnée de flatulences, ou lorsque l’enfant est très agité, parfois quasi-hystérique. William Cook(3), docteur Américain de renom des années 1800, nous explique qu’il est tellement efficace à l’époque, que les mères l’emploient dans de trop grandes quantités, ce qui peut créer l’effet inverse : des douleurs  dues à la quantité de liquide ingérée.</p> <p> </p> <p>Je le trouve particulièrement efficace lorsque les problèmes de digestion sont causés par le stress ou l’anxiété, passager ou chronique. Ce qui nous amène au chapitre suivant.</p> <p> </p> <p><strong>Troubles nerveux</strong></p> <p>Nous avons deux systèmes nerveux. Le système nerveux central englobe le cerveau et la colonne vertébrale. Le système nerveux entérique est localisé autour du tube digestif et régule son activité musculaire et sécrétoire. Nous savons aujourd’hui que les deux systèmes interagissent d’une manière étroite et constante.</p> <p> </p> <p>On se pose donc la question suivante : Qui commence, déclenche ou exacerbe d’une manière secondaire les troubles digestifs, et les troubles nerveux et émotifs?</p> <p> </p> <p>Il est trop compliqué d’y répondre ici. Disons juste que plusieurs plantes agissent sur les deux systèmes nerveux en même temps. Le cataire en fait partie. Cook(3) le décrit comme “adoucissant” du système nerveux. Il est particulièrement recommandé chez l’enfant.</p> <p> </p> <p>Wood rajoute les précisions suivantes :</p> <p>Pour les enfants très calmes et réservés qui ont tendance à tout internaliser, ce qui finit par créer un stress chronique ;</p> <p>Pour les enfants qui sont anxieux et soucieux de situations qui semblent normales pour d’autres enfants ;</p> <p>S’applique en particulier lorsque la situation au foyer est difficile et qu’il y a des tensions ;</p> <p>Pour calmer les enfants hyperactifs ;</p> <p>La plante a la réputation d’adoucir les enfants qui sont méchants ou cruels.</p> <p>Chez l’adulte, le cataire est légèrement calmant, en particulier lorsqu’il y a ce cercle vicieux entre déséquilibre digestif et émotionnel. On se rapellera aussi que les nepetalactones sont similaires aux valepotriates de la valériane, et que ces valepotriates ont une action indéniable (bien que parfois contraire à ce que l’on pourrait espérer) sur la sphère cérébrale.</p> <p> </p> <p><strong>Reminéralisation</strong></p> <p>Je parle souvent du bienfait des plantes reminéralisantes pour les problèmes d’acidification et d’ostéoporose. Le cataire est l’une de nos meilleures plantes minéralisantes. En infusion, les minéraux sont en état ionisé et pénètrent directement au travers de la muqueuse digestive sans avoir besoin de sucs digestifs.</p> <p> </p> <p>30 grammes de cataire infusé contient :</p> <p>205 mg de Calcium</p> <p>69 mg de Magnésium</p> <p>783 mg de Potassium</p> <p>4,6 mg de Fer</p> <p>1,25 mg de Manganèse</p> <p>Cazin la recommande pour la chlorose, qui désignait à l’époque une forme d’anémie ferriprive (anémie due à une carence en fer). Certes, le cataire contient du fer qui est très biodisponible lorsque la plante est prise en infusion. Mais assez pour combler de grosses carences ?</p> <p> </p> <p>Je pense plutôt qu’il y a une action duale : (1) apport de minéraux grandement biodisponibles et (2) amélioration des fonctions digestives afin de faciliter une meilleure digestion des complexes alimentaires renfermant ces minéraux.</p> <p> </p> <p><strong>Aménorrhée et Dysménorrhée</strong></p> <p>La plante jouit d’une bonne réputation pour les petits troubles liés au cycle féminin.</p> <p>Elle facilite le retour des menstruations chez la personne déréglée. Le cataire n’est pas la première plante à laquelle je pense pour mes clientes souffrant d’aménorrhée. Mais son action est subtile et sera parfois suffisante pour corriger un petit déséquilibre.</p> <p>En tant qu’antispasmodique des muscles lisses, elle va soulager les crampes de la dysménorrhée.</p> <p>La plante a-t-elle une action régulatrice sur la production et la régulation des hormones sexuelles grâce à une action normalisante sur la digestion ? Je le pense. Comme tout processus physiologique, la cascade hormonale requiert un apport de nutriments de qualité. De plus, le foie recycle le trop plein d’hormones en circulation, et le cataire, grâce à son amertume, a une action tonifiante sur le foie.</p> <p> </p> <p><strong>Accompagnement des fièvres</strong></p> <p>La fièvre est un processus naturel et nécessaire pour combattre les pathogènes. La fièvre monte tout d’abord, puis descend une fois que notre corps a atteint une température seuil fixée par notre “thermostat central” (hypothalamus). Afin de bien réguler ce processus, notre corps utilise plusieurs mécanismes de production ou d’évacuation de chaleur.</p> <p>La peau, au travers de la transpiration, est l’un des organes principaux d’évacuation de la chaleur. Mais les pores de la peau doivent bien s’ouvrir afin de faciliter ce processus. Le cataire est un excellent diaphorétique : il facilite l’ouverture des pores de la peau pour une transpiration abondante et efficace.</p> <p>En phase de fièvre descendante, l’infusion de cataire est une très bonne plante d’accompagnement pour les petits comme pour les grands. L’emploi d’un diaphorétique est particulièrement nécessaire lorsque la personne est fiévreuse mais la peau reste sèche, ce qui arrive parfois. La personne est rouge, a besoin d’évacuer la chaleur, mais la transpiration arrive difficilement.</p> <p> </p> <p><strong>Nausées et vomissements</strong></p> <p>Comme toutes les menthes, elle a une action calmante sur les nausées et les vomissements. Par contre, je note que :</p> <p>Elle n’est pas aussi efficace que le gingembre, qui reste pour moi l’anti-émétique (anti-nausée) par excellence ;</p> <p>Je choisis bien plus volontiers la menthe poivrée, la mélisse ou toute autre lamiacée aromatique avant de passer au cataire, car son goût prononcé est désagréable pour certains.</p> <p> </p> <p><strong>Indications diverses</strong></p> <p>Traditionnellement, la plante a été utilisée pour les maux de têtes et migraines d’origine nerveuse. Personnellement, je la conseille volontiers pour les migraines d’origine digestives. De nombreuses lamiacées ont des propriétés à la fois calmantes pour les nerfs et digestives, il faut donc en considérer plusieurs afin de voir laquelle s’associe le mieux à la personne.</p> <p>Lieutaghi(4) nous rappelle que c’est un expectorant voisin du marrube (Marrubium vulgare) en efficacité, et peut être utilisé dans les catarrhes pulmonaires chroniques, la toux spasmodique et la coqueluche (ce dernier confirmé par Cooke(3)). Je ne l’ai personnellement jamais utilisé en tant qu’expectorant, je n’ai donc aucune expérience à partager ici. Si vous en avez, n’hésitez pas à laisser un commentaire en fin d’article.</p> <p> </p> <p><strong>Précautions</strong></p> <p>Vu son action relaxante sur les muscles de l’utérus, il vaut mieux l’éviter pendant la grossesse ;</p> <p>Wood(1) recommande de ne pas l’utiliser de manière continue avec les enfants, elle entraine un effet quasi-narcotique au long terme d’après lui.</p> <p><strong>Utilisation</strong></p> <p>Les meilleurs résultats sont obtenus en employant l’infusion de feuilles fraîches, ou la teinture mère de feuilles fraîches. Ceci est en particulier vrai pour les propriétés calmantes de la plante. Si la plante est sèche, il reste principalement les composants amers au long terme, et il manque toute la dimension aromatique.</p> <p> </p> <p>Lorsque mes clients n’ont pas de cataire au jardin, je leur conseille d’acheter un plant en jardinerie et de le garder en pot sur le balcon ou dans le jardin, afin de pouvoir le rentrer en hiver, le garder devant une fenêtre ensoleillée, et continuer d’en consommer s’ils en ont besoin.</p> <p> </p> <p>Teinture des feuilles ou sommités fleuries fraîches : au taux de 1:2 (100 g de plante pour 200 ml d’alcool) dans de l’alcool à 95°. Prendre 20 à 60 gouttes une à plusieurs fois par jour selon la personne et la condition ;</p> <p>Teinture des feuilles ou sommités fleuries récemment séchées : au taux de 1:5 (100 g de plante pour 500 ml d’alcool) dans de l’alcool à 40°. Prendre 20 à 60 gouttes une à plusieurs fois par jour selon la personne et la condition ;</p> <p>Infusion des feuilles ou sommités fleuries fraîches ou récemment séchées : infusion au besoin. Toujours bien couvrir le récipient pour ne pas perdre les huiles essentielles. Cooke(3) recommande de faire bouillir l’eau puis la laisser refroidir avant de verser sur la plante, sous peine de détruire les composants aromatique et de le laisser que les amers.</p> <p> </p> <p><strong>Cueillette et séchage</strong></p> <p>Ce sont les sommités fleuries qui sont traditionnellement utilisées. D’un point de vue pratique, je trouve que la feuille est médicinale pendant toutes ses phases de croissance (et donc avant ou après la floraison). Je simplifie donc grandement les choses en ce qui concerne la ramasse : cueillir et utiliser au besoin, frais en priorité, fraichement séché en deuxième.</p> <p> </p> <p>En tant que lamiacée aromatique, le cataire tolère mal le séchage. Il n’est pas aussi fragile que la melisse, il arrivera à garder une partie de ses huiles essentielles pendant quelques mois. Mais au-delà, il perd beaucoup de ses propriétés.</p> <p> </p> <p>Lorsque je dois le faire sécher, je fais sécher les branches entières afin de ne pas briser les feuilles et de minimiser la surface de contact avec l’air. Je place ensuite les branches entières sèches dans un grand sac en papier de boulanger (ceux utilisés pour ranger les baguettes).</p> <p> </p> </body> </html>
MHS 88
Graines de Cataire ou Chataire (Nepeta cataria)

Variété de Thaïlande
Graines de Riz Noir Royal Pearl

Graines de Riz Noir Royal...

Prix 1,95 € (SKU: VE 108 BR (1g))
,
5/ 5
<h2><strong>Graines de Riz Noir Royal Pearl</strong></h2> <h2 class=""><span style="color: #ff0000;"><strong>50 (1g) graines par sachet.</strong></span></h2> <p><span>Royal Pearl Riz est un riz aromatique avec un arôme de noisette. Le goût et l'odeur délectables de ce riz sont parfaits pour tous les types de plats, en particulier la cuisine asiatique et thaïlandaise.</span></p> <p><span>Le riz est une céréale de la famille des poacées (anciennement graminées), cultivée dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes pour son fruit, ou caryopse, riche en amidon. Il désigne l'ensemble des plantes du genre Oryza, parmi lesquelles les deux seules espèces cultigènes1, qui sont cultivées le plus souvent dans des champs plus ou moins inondés appelés rizières : Oryza sativa (appelé couramment « riz asiatique ») et Oryza glaberrima (appelé couramment « riz ouest-africain » ou « riz de Casamance »)</span></p> <p><span>Dans le langage courant, le terme de riz désigne le plus souvent ses grains, qui sont un élément fondamental de l'alimentation de nombreuses populations du monde, notamment en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie. C'est la première céréale mondiale pour l'alimentation humaine (à lui seul il représente 20 % des besoins mondiaux en énergie alimentaire2), la deuxième après le maïs pour le tonnage récolté. Le riz est l'aliment de base de la cuisine asiatique, chinoise, indienne et japonaise notamment.</span></p> <p><span>Le riz est une plante annuelle glabre à chaume dressé ou étalé de hauteur variable, allant de moins d'un mètre jusqu'à cinq mètres pour les riz flottants. C'est une plante prédisposée au tallage, formant un bouquet de tiges, à racines fasciculées. Les fleurs, en épillets uniflores, sont groupées en panicules de 20 à 30 cm, dressées ou pendantes. Le fruit est un caryopse enveloppé dans deux glumelles grandes, coriaces et adhérentes, l'ensemble formant le riz complet. La masse volumique du riz blanc cru en vrac est d'environ 0,9 g/cm3.</span></p> <p><span>Selon la texture du caryopse, on distingue les variétés ordinaires, à tégument blanc, le plus souvent, ou rouge ; ou glutineuses (ou riz gluant, sweet rice). Les variétés de riz africain sont généralement à tégument rouge.</span></p> <p><span>Les riz appartiennent au genre Oryza L. qui comprend 22 espèces1, dont deux sont cultivées, Oryza sativa L., originaire de l'Asie, la plus cultivée et Oryza glaberrima Steud., ou riz de Casamance, originaire d'Afrique de l'Ouest3.</span></p> <p><span>Oryza sativa provient de divers événements de domestication ayant eu lieu environ 5000 ans av. </span>J.-C. en Inde du Nord, et autour de la frontière sino-birmane. <span>Le parent sauvage du riz cultivé est Oryza rufipogon (anciennement, les formes annuelles de Oryza rufipogon ont été nommées Oryza nivara). À ne pas confondre avec le riz, nommé riz sauvage, du genre botanique Zizania.</span></p> <p><span>Oryza glaberrima provient de la domestication de Oryza barthii. On ne sait pas où a eu lieu la domestication, mais elle semble dater d'avant 500 av. J.-C.. Depuis quelques dizaines d'années, ce riz est de moins en moins cultivé en Afrique où le riz asiatique lui est de plus en plus préféré. Aujourd'hui, des variétés hybrides sativa-glaberrima combinant les qualités des deux espèces sont diffusées sous le nom de Nérica4.</span></p> <p><span>L'homme a commencé à cultiver le riz il y a près de 10 000 ans, lors de la révolution néolithique. </span>Il se développe d'abord en Chine, puis dans le reste du monde. La collecte de riz sauvage (dont la balle se détache spontanément) est en effet attestée en Chine dès 13000 av. J.-C. puis ce riz disparaît (à cause d'une sécheresse ?), tandis que le riz cultivé (riz sélectionné pour son rendement et sa balle qui se conserve et n'est emportée par le vent que lors du vannage des grains14) apparaît vers 9000 av. J.-C. après avoir subi des hybridations avec l'espèce sauvage vivace Oryza rufipogon (qui existe depuis moins de 680 000 ans15) et l'espèce sauvage annuelle Oryza nivara, ces différents riz coexistant pendant des milliers d'années, ce qui favorisa les échanges génétiques16. <span>Ce n'est qu'il y a environ 5 000 ans, en Chine, que le riz domestique a cessé de varier et de s'hybrider, devenant la seule forme de riz cultivée17.</span></p> <p><span>Le riz était connu des anciens Grecs, depuis les expéditions d'Alexandre le Grand en Perse.</span></p> <p><span>Le riz est mentionné dès 1393 en France, dans Le Mesnagier de Paris, mais c'est encore un produit d'importation. Ce sont les musulmans qui l'introduisent en al-Andalus (péninsule Ibérique). En Italie, il apparaît en 1468. En France, des tentatives de cultures sont réalisées au xviie siècle, mais ce n'est que dans la seconde moitié du xxe siècle que cette culture se développe, parallèlement à l'aménagement du delta du Rhône18.</span></p><script src="//cdn.public.n1ed.com/G3OMDFLT/widgets.js"></script>
VE 108 BR (1g)
Graines de Riz Noir Royal Pearl
  • Promo !

Devenez notre fournisseur de semences Seeds Gallery - 1

Devenez notre fournisseur...

Prix 0,00 € (SKU: )
,
5/ 5
<!DOCTYPE html> <html> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> </head> <body> <h2><strong>Devenez notre fournisseur de semences</strong></h2> <h2><strong>Que faut-il pour devenir notre fournisseur de semences?</strong></h2> <p>Pour devenir notre fournisseur, vous devez avoir une vidéo et des photos des fruits des plantes que vous nous offrez, avec vos coordonnées personnelles et une date sur papier qui sera clairement visible (avec votre nom et adresse e-mail que vous utilisez pour PayPal ).</p> <p>S'il s'agit d'un légume (tomate, poivron, concombre ...), vous devez connaître le nom exact de la variété, car si vous utilisez un autre nom et que nous ne pouvons pas trouver les informations sur Internet, nous ne sommes pas intéressés par ceux-ci des graines.</p> <p>Vous devrez nous envoyer une plus petite quantité de graines (20) afin que nous puissions effectuer des tests de germination des graines. Après cela, nous pouvons organiser un nouvel achat de semences auprès de vous.</p> <p>Nous ne sommes PAS INTÉRESSÉS par les fournisseurs de Chine, d'Indonésie ...</p> <p>Nous effectuons les paiements exclusivement via PayPal (il n'y a pas d'autre option de paiement).</p> </body> </html>
Devenez notre fournisseur de semences Seeds Gallery - 1
Graines de partier, tiges...

Graines de partier, tiges...

Prix 1,75 € (SKU: T 85 SB)
,
5/ 5
<!DOCTYPE html> <html> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> </head> <body> <h2><strong>Graines de partier, tiges de jonc (Spartium junceum)</strong></h2> <h2><span style="color: #ff0000;"><strong>10 graines par sachet.</strong></span></h2> <p><span>Le </span><b>spartier à tiges de jonc</b><span> ou </span><b>spartier</b><span> </span><i>(<b>Spartium junceum</b>)</i><span> est une espèce d'arbustes de la famille des </span><i>Fabaceae</i><span>. C'est la seule espèce encore acceptée dans le genre </span><i><b>Spartium</b></i><span>. Il est parfois appelé </span><b>faux genêt d'Espagne</b><span>, </span><b>genêt d'Espagne</b><span>, </span><b>geneste</b><span>, </span><b>gineste</b><span>, </span><b>joncier</b><span>, </span><b>spartier faux jonc</b><span> ou </span><b>spartion</b><span>.</span></p> <p>Arbuste aux fleurs jaune vif, ses rameaux, souvent sans feuilles, sont flexibles et restent verts une bonne partie de l'année puis virent au gris-brun avec des rayures vertes.</p> <p>Les feuilles alternes oblongues-lancéolées de 3 à 7 cm de long et 3 millimètres de large tombent tôt mais elles ont peu d'importance pour cette plante car une grande partie de la<span> </span>photosynthèse<span> </span>se produit dans les jeunes pousses vertes qui conservent l'eau (stratégie de climat sec).</p> <p>À la fin du printemps, les rameaux sont couverts de nombreuses fleurs jaunes de 1 à 2 centimètres de diamètre. En fin d'été, les graines noires des gousses atteignant jusqu'à 10 centimètres de long arrivent à maturité. Elles s'ouvrent, souvent de façon sonore avec un bruit sec et répandent leurs graines autour de la plante mère, pour propager les semences.</p> <p>C'est une plante rustique qui peut dépasser 2 <abbr class="abbr" title="mètre">m</abbr>, et qui supporte autant les grandes sécheresses que les grands froids.</p> <p>On la trouve le plus souvent en plaine et dans les maquis. Cet arbuste pionnier colonise les friches et les espaces ouverts, en particulier le long des routes et autoroutes.</p> <p>Cette plante peu odorante se trouve à l'état naturel notamment dans la vallée du Rhône (Montélimar) et sur le pourtour méditerranéen.</p> <p>A ne pas confondre avec le<span> </span><i>Genêt à balais<span> </span>(Cytisus scoparius)</i><span> </span>qui est une espèce d'arbuste à feuillage caduc, originaire du nord-ouest de l'Europe<span> </span>et ne détenant pas les mêmes pouvoirs de toxicités. Même s'il existe de nombreux<span> </span>cultivars<span> </span>aux fleurs de différentes couleurs, dont le<span> </span>Genêt bicolore. Ni le<span> </span><i>Genêt épineux<span> </span>(Genista scorpius)</i><span> </span>pourtant présent à l'ouest de la région méditerranéenne ou encore le<span> </span><i>Robinier<span> </span>(Robinia pseudoacacia)</i><span> </span>également présent sur les côtes méditerranéennes.</p> <h2><span class="mw-headline" id="Caractéristiques">Caractéristiques</span></h2> <dl> <dt>Organes reproducteurs<sup id="cite_ref-catminat_1-0" class="reference">1</sup></dt> </dl> <ul> <li>Type d'inflorescence :<span> </span>racème simple</li> <li>Répartition des sexes :<span> </span>hermaphrodite</li> <li>Type de pollinisation :<span> </span>entomogame</li> <li>Période de floraison : mai à août</li> </ul> <dl> <dt>Graine<sup id="cite_ref-catminat_1-1" class="reference"></sup></dt> </dl> <ul> <li>Type de fruit :<span> </span>gousse</li> <li>Mode de dissémination :<span> </span>autochore</li> </ul> <p>La dessiccation provoque une torsion de la gousse qui s'ouvre en projetant les graines jusqu'à plusieurs mètres de distance.</p> <dl> <dt>Habitat et répartition<sup id="cite_ref-catminat_1-2" class="reference">1</sup></dt> </dl> <ul> <li>Habitat type : matorrals mésoméditerranéens, héliophiles, acidoclines</li> <li>Aire de répartition : cosmopolite (thermo)</li> <li>Étude toxicologique : contiendrait de la<span> </span>cytisine<span> </span>ou de la<span> </span>spartéine. La dose toxique est de une à deux poignées chez l'enfant.</li> </ul> <h2><span id="Propri.C3.A9t.C3.A9s"></span><span class="mw-headline" id="Propriétés">Propriétés</span></h2> <p>Toute la plante contient de la cytisine (alcaloïde). Elle est donc potentiellement toxique, comme le cytise. Cependant, la littérature ne rapporte pas de cas d’empoisonnement graves.</p> <h2><span class="mw-headline" id="Utilisation">Utilisation</span></h2> <p>Aux<span> </span><abbr class="abbr" title="18ᵉ siècle"><span class="romain">xviii</span><sup>e</sup></abbr><span> </span>et<span> </span><abbr class="abbr" title="19ᵉ siècle"><span class="romain">xix</span><sup>e</sup></abbr> siècles, le genêt d'Espagne était une plante marginale récoltée par les paysans pour leurs propres besoins en toile domestique. Le<span> </span>rouissage<span> </span>des rameaux s’opérait au bord des cours d’eau, avant le<span> </span>filage<span> </span>et le<span> </span>tissage<span> </span>pratiqués au village, afin d’obtenir des draps et des vêtements, peut-être des cordages. C’est dans l’arrondissement de<span> </span>Lodève<span> </span>seulement que la culture du genêt est suivie. Ces cultures sont appelées des genêtières ou, plus souvent, des ginestières créées dans les lieux les plus arides, sur les coteaux les plus en pente, formés par un sol pierreux et où presque aucune autre plante ne peut végéter<sup id="cite_ref-2" class="reference">2</sup>.</p> <p>Le genêt textile existait bien avant. Malgré les difficultés de localisation et d’interprétation qu’ils suscitent,<span> </span>Pline l'Ancien<span> </span>et<span> </span>Columelle<span> </span>l’attestent même dès l’Antiquité. Selon le "Dictionnaire des sciences naturelles" de 1820, "la plante attire les abeilles, nourrit les moutons et les chèvres, et donne des toiles". Pour d'autres, le genêt procure du bois pour le chauffage . En effet, dans certaines régions, le genêt d’Espagne constitue la seule nourriture fraîche pour les moutons et les chèvres pendant l’hiver, entre novembre et avril, à condition que sa consommation par les ovins reste modérée afin de ne pas risquer une infection des voies urinaires nommée ginestade. Le genêt, une fois semé, ne demande d’autre précaution que d’être préservé de la dent des troupeaux, pendant les trois premières années tout au plus. Ensuite, on coupe avec une serpe les tronçons qui ont été rongés, et au bout de six ans on est obligé de couper entièrement la souche pour qu’elle pousse de nouveau<sup id="cite_ref-3" class="reference">3</sup>.</p> </body> </html>
T 85 SB
Graines de partier, tiges de jonc (Spartium junceum)

Variété de Thaïlande
Graines De Riz Parfumé Ou Riz Jasmin 1.9 - 1

Graines De Riz Parfumé Ou...

Prix 1,90 € (SKU: P 411 BJ)
,
5/ 5
<!DOCTYPE html> <html> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> </head> <body> <h2><strong>Graines De Riz Parfumé Ou Riz Jasmin</strong></h2> <h2><span style="color: #f70101;"><strong>20 graines par sachet.</strong></span></h2> <p>Le riz au jasmin (également riz parfumé ou siam) est principalement cultivé dans le nord de la Thaïlande, mais aussi au Laos, au Vietnam et en Italie.</p> <p><span>On l'appelle "riz parfumé" car il sent agréablement le jasmin en cuisinant.</span></p> <p><span>Le riz thaï (Oryza sativa L.), également appelé riz parfumé ou riz jasmin (thailandais : </span><span>ข้าวหอมมะลิ</span><span>] ; SGTR : Khao Hom Mali ; IPA : kʰâːw hɔ̌ːm malíʔ) est un riz cultivé au nord-est de la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge. Le grain est fin et naturellement parfumé. Il est transplanté à la main et lentement séché au soleil. Avec le riz basmati, le riz thaï fait partie de la catégorie des riz parfumés par opposition aux riz non parfumés.</span></p> <p><span>Le riz est une céréale de la famille des poacées (anciennement graminées), cultivée dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes pour son fruit, ou caryopse, riche en amidon. Il désigne l'ensemble des plantes du genre Oryza, parmi lesquelles les deux seules espèces cultigènes1, qui sont cultivées le plus souvent dans des champs plus ou moins inondés appelés rizières : Oryza sativa (appelé couramment « riz asiatique ») et Oryza glaberrima (appelé couramment « riz ouest-africain » ou « riz de Casamance »)</span></p> <p><span>Dans le langage courant, le terme de riz désigne le plus souvent ses grains, qui sont un élément fondamental de l'alimentation de nombreuses populations du monde, notamment en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie. C'est la première céréale mondiale pour l'alimentation humaine (à lui seul il représente 20 % des besoins mondiaux en énergie alimentaire2), la deuxième après le maïs pour le tonnage récolté. Le riz est notamment l'aliment de base de la cuisine asiatique, chinoise, indienne et japonaise.</span></p> <p><strong><span>Plante</span></strong></p> <p><span>Le riz est une plante annuelle glabre à chaume dressé ou étalé de hauteur variable, allant de moins d'un mètre jusqu'à cinq mètres pour les riz flottants. C'est une plante prédisposée au tallage, formant un bouquet de tiges, à racines fasciculées. Les fleurs, en épillets uniflores, sont groupées en panicules de 20 à 30 cm, dressées ou pendantes. Le fruit est un caryopse enveloppé dans deux glumelles grandes, coriaces et adhérentes, l'ensemble formant le riz complet. La masse volumique du riz blanc cru en vrac est d'environ 0,9 g/cm3.</span></p> <p><span>Selon la texture du caryopse, on distingue les variétés ordinaires, à tégument blanc, le plus souvent, ou rouge ; ou glutineuses (ou riz gluant, sweet rice). Les variétés de riz africain sont généralement à tégument rouge.</span></p> <p><span>Les riz appartiennent au genre Oryza L. qui comprend 22 espèces1, dont deux sont cultivées, Oryza sativa L., originaire de l'Asie, la plus cultivée et Oryza glaberrima Steud., ou riz de Casamance, originaire d'Afrique de l'Ouest.</span></p> <p><span>Oryza sativa provient de divers événements de domestication ayant eu lieu environ 5000 ans av. </span>J.-C. en Inde du Nord, et autour de la frontière sino-birmane. <span>Le parent sauvage du riz cultivé est Oryza rufipogon (anciennement, les formes annuelles de Oryza rufipogon ont été nommées Oryza nivara). À ne pas confondre avec le riz, nommé riz sauvage, du genre botanique Zizania.</span></p> <p><span>Oryza glaberrima provient de la domestication de Oryza barthii. On ne sait pas où a eu lieu la domestication, mais elle semble dater d'avant 500 av. J.-C.. Depuis quelques dizaines d'années, ce riz est de moins en moins cultivé en Afrique où le riz asiatique lui est de plus en plus préféré. Aujourd'hui, des variétés hybrides sativa-glaberrima combinant les qualités des deux espèces sont diffusées sous le nom de Nérica.</span></p> <p><strong><span>Histoire</span></strong></p> <p><span>L'homme a commencé à cultiver le riz il y a près de 10 000 ans, lors de la révolution néolithique. </span>Il se développe d'abord en Chine, puis dans le reste du monde. La collecte de riz sauvage (dont la balle se détache spontanément) est en effet attestée en Chine dès 13000 av. J.-C. puis ce riz disparaît (à cause d'une sécheresse ?), tandis que le riz cultivé (riz sélectionné pour son rendement et sa balle qui se conserve et n'est emportée par le vent que lors du vannage des grains14) apparaît vers 9000 av. J.-C. après avoir subi des hybridations avec l'espèce sauvage vivace Oryza rufipogon (qui existe depuis moins de 680 000 ans15) et l'espèce sauvage annuelle Oryza nivara, ces différents riz coexistant pendant des milliers d'années, ce qui favorisa les échanges génétiques16. <span>Ce n'est qu'il y a environ 5 000 ans, en Chine, que le riz domestique a cessé de varier et de s'hybrider, devenant la seule forme de riz cultivée.</span></p> <p><span>Le riz était connu des anciens Grecs, depuis les expéditions d'Alexandre le Grand en Perse.</span></p> <p><span>Le riz est mentionné dès 1393 en France, dans Le Mesnagier de Paris, mais c'est encore un produit d'importation. Ce sont les musulmans qui l'introduisent en al-Andalus (péninsule Ibérique). En Italie, il apparaît en 1468. En France, des tentatives de cultures sont réalisées au xviie siècle, mais ce n'est que dans la seconde moitié du xxe siècle que cette culture se développe, parallèlement à l'aménagement du delta du Rhône.</span></p> <p><strong><span>Riziculture</span></strong></p> <p><span>Le riz est cultivé de diverses manières. La riziculture pluviale, sans inondation du champ, est une culture non aquatique, elle se distingue des cultures aquatiques, la riziculture inondée où le niveau d'eau n'est pas contrôlé, et la riziculture irriguée où la présence d'eau et son niveau sont contrôlés par le cultivateur19. Un champ cultivé en riz est nommé rizière.</span></p> <p><span>Près de 2 000 variétés de riz sont aujourd'hui cultivées. Les difficultés liées à la culture du riz font que, contrairement au blé, il est cultivé dans très peu de pays. Ainsi, près de 90 % de la production mondiale est fournie par l'Asie des moussons. À elles seules, les productions totales additionnées de la Chine et de l'Inde dépassent la moitié de la production mondiale. Cela s'explique notamment par les exigences du riz en matière climatique.</span></p> <p>En effet, les besoins de la plante en chaleur, en humidité et en lumière sont très spécifiques. <span>Ce n'est que dans les régions tropicales et subtropicales que le riz peut être cultivé toute l'année. L'intensité lumineuse exigée limite sa production aux zones se situant entre le 45e parallèle nord et le 35e parallèle sud, tandis que les conditions pédologiques requises s'avèrent plus souples, la plante étant relativement accommodante. La culture du riz requiert cependant une humidité importante : les besoins s'élèvent à au moins 100 mm d'eau par mois.</span></p> <p><span>Le riz entraîne donc une forte consommation domestique en eau.</span></p> <p><span>À tous ces obstacles climatiques s'ajoute la difficulté à récolter le riz. La récolte n'est pas partout automatisée (moissonneuses), ce qui nécessite une main-d'œuvre humaine importante. Cet aspect des coûts en capital humain joue un rôle prépondérant dans la considération du riz comme une culture de pays pauvres.</span></p> <p><span>La riziculture « irriguée » exige des surfaces planes, des canaux d'irrigation, des levées de terre, elle est effectuée en plaine ou bas-fonds. En zone montagneuse, ce type de culture est parfois pratiqué en terrasses. De plus, les plantules de riz aquatique sont en premier lieu obtenues sous pépinière avant d'être repiquées sous une lame d'eau, dans un sol préalablement labouré. Sur le long terme, l'entretien pose aussi de sérieux problèmes, car il exige sarclage et désherbage de la terre avant d'effectuer la récolte à la faucille obligatoire, et dont les rendements s'avèrent faibles. Ce mécanisme est celui de la culture rizicole dite « intensive », car ayant les meilleurs rendements et permettant plusieurs récoltes par an (jusqu'à sept tous les deux ans, soit plus de trois par an dans le delta du Mékong).</span></p> <p><span>La riziculture « inondée » se pratique dans des zones naturellement inondables. Dans cette catégorie entrent deux types de culture, l'un à faible profondeur, et comparable en moins contrôlé à la culture irriguée, l'autre à forte profondeur (parfois entre 4 et 5 mètres lors de crues19) où des variétés particulières de riz flottant, comme Oryza glaberrima, sont cultivées. Ces cultures sont traditionnelles dans le delta central du Niger au Mali, de Ségou à Gao, ou même Niamey. Semé sans repiquage, ce riz aquatique est à croissance rapide, mais peu productif20. Le terme « riz flottant » est impropre, bien que les tiges fortement allongées et pleines d'air flottent au moment de la décrue. Il faut y préférer « riz de crue », ou deep flood rice. Il faut des variétés photosensibles. Le cycle dépend à la fois de la pluviométrie et de la crue : germination et tallage se font en pluvial, montaison sous crue montante jusqu'à 4 cm/jour, épiaison et floraison sous crue stable, maturation et récolte à la décrue.</span></p> <p><span>Au Mali, cette culture va de Ségou à Gao, le long du fleuve et des rivières importantes. Au-delà du delta central, la crue peut tarder à baisser : il faut alors récolter en pirogue (lac Télé en particulier)21. Parfois, il existe des situations intermédiaires où le niveau d'inondation est partiellement contrôlé22 : des aménagements simples d'un coût de l'ordre du dixième des coûts pour l'irrigation, permettent de retarder la crue et la décrue. Des compléments d'aménagements permettent de diminuer la hauteur d'eau pour chaque zone d'altitude. Il faut changer de variété tous les 30 cm de hauteur d'eau. Il y a peu de recherche à ce sujet, mais les variétés traditionnelles résistent mieux aux aléas d'inondation. Elles sont peu productives mais fort gouteuses23.</span></p> <p><span>Il existe également une riziculture dite « pluviale », dépendant uniquement de la pluviométrie. Le riz pluvial n'est pas cultivé « les pieds dans l'eau » et ne requiert pas d'irrigation en continu. Ce type de culture peut se rencontrer dans les zones tropicales d'Afrique de l'Ouest. Ces cultures sont « extensives » ou « sèches », et offrent des rendements plus faibles que la riziculture irriguée.</span></p> <p><strong><span>Prix</span></strong></p> <p><span>Le prix du riz a doublé entre 2005 et 2009, atteignant même le quintuple lors d'un pic au printemps 200828.</span></p> <p><span>Le 30 avril 2008, la Thaïlande a annoncé le projet de la création de l'Organisation des pays exportateurs de riz (OREC) afin de mettre en place un cartel de fixation des prix pour le riz sur le modèle de l'OPEP.</span></p> <p><strong><em><span>Utilisation</span></em></strong></p> <p><strong><span>Alimentation</span></strong></p> <p><span>Le riz, aliment de base dans la majorité du sud de l'Asie et, depuis son introduction par les français au xxe siècle, dans de nombreux pays d'Afrique de l'Ouest[réf. nécessaire] et d'Afrique subsaharienne. Par contre, le riz a toujours été l'aliment de base à Madagascar[réf. nécessaire]. Il entre également dans la composition de nombreux plats européens comme la paella et beaucoup d'autres recettes de riz safrané d’Espagne, le risotto originaire d’Italie, probablement influencé par le riz lok lak chinois.</span></p> <p><span>En Asie, le célèbre riz cantonais, mêlant divers légumes et viandes, issu de Chine, ou bien le riz lok lak, il est plus généralement servi séparément dans un bol comme féculent de base.[pas clair]</span></p> <p><span>En Asie, il est également utilisé pour faire de l'alcool, comme le saké au Japon, le soju en Corée et certains alcools chinois. La majorité des alcools chinois, appelés en Chine populaire baijiu (ce terme signifiant plutôt vin [de vigne] blanc à Taiwan), sont à base de sorgho.</span></p> <p><span>Mentionnons également le carry de l’Île de La Réunion, le gâteau de riz, le plov (Ouzbékistan et Xinjiang (Chine)), le ceebu jën (Sénégal), le nasi padang (Indonésie), le koba (Madagascar) ou le soudah karis (Djibouti).</span></p> <p><span>Le riz gluant est utilisé dans de nombreux plats et surtout dans ce que l'on nommerait, en France, dessert : des sucreries, telles que les boules de coco du sud de la Chine, les mochi du Japon, les zongzi, ou bien le tāngyuán, de la fête des lanternes en Chine. Il est également la base du niangao de Chine, du tteok de Corée, et c'est un féculent qui accompagne de nombreux plats en Asie du Sud-Est (Cambodge, Laos, Thaïlande et Vietnam).</span></p> <p><span>Le riz et son eau de cuisson sont efficaces pour aider à lutter contre la diarrhée32.</span></p> <p><span>À partir de la fermentation enzymatique du riz avec de l'orge maltée est produit le sirop de riz brun, un sirop édulcorant composé de sucres complexes (oligosides), de maltose et de glucose…</span></p> <p><strong><span>Quele:</span></strong></p> <h2><span>WIKIPÉDIA</span></h2> <p><strong><span>Lire la suite ici:</span></strong></p> <p><span>https://fr.wikipedia.org/wiki/Riz</span></p> </body> </html>
P 411 BJ
Graines De Riz Parfumé Ou Riz Jasmin 1.9 - 1

Cette plante est une plante médicinale

Variété de Bosnie-Herzégovine
Graines de Silène commun ou...

Graines de Silène commun ou...

Prix 1,25 € (SKU: MHS 120 SV)
,
5/ 5
<!DOCTYPE html> <html> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> </head> <body> <h2><strong>Graines de Silène commun ou Claquet (Silene vulgaris)</strong></h2> <h2><span style="color: #ff0000;"><strong>10 graines par sachet.</strong></span></h2> <p>Le<span> </span><b>Silène enflé</b><sup class="prononciation noprint"></sup>,<span> </span><b>Silène commun</b><span> </span>ou<span> </span><b>Claquet</b><span> </span>(<i>Silene vulgaris</i>) est une<span> </span>plante herbacée<span> </span>vivace de la famille des<span> </span>Caryophyllacées.</p> <h3><span class="mw-headline" id="Appareil_végétatif">Appareil végétatif</span></h3> <p>Ce<span> </span>silène, d'aspect variable, généralement glabre ou légèrement pubescente, est une<span> </span>hémicryptophyte<span> </span>d'une hauteur de 20 à 20 <abbr class="abbr" title="centimètre">cm</abbr>. Les racines partant de sa souche ligneuse peuvent pénétrer à une profondeur d'1 <abbr class="abbr" title="mètre">m</abbr>. Ses feuilles opposées, sessiles, ovales ou lancéolées, aiguës au sommet, entières, d'un vert bleuté, sont un peu caoutchouteuses au toucher. Les feuilles inférieures sont atténuées à la base. Sa tige unique dressée devient rameuse au sommet<sup id="cite_ref-Rameau_1-0" class="reference">1</sup>.</p> <h3><span class="mw-headline" id="Appareil_reproducteur">Appareil reproducteur</span></h3> <p>L'inflorescence est une<span> </span>cyme bipare<span> </span>qui porte de 3 à 20 fleurs blanches très facilement reconnaissables par leurs 5 pétales libres profondément échancrés au sommet, mais surtout par leur calice formé de 5 sépales soudés, renflé en vessie, à 20 nervures ramifiées en réseau. Ce silène<span> </span>gynodioïque<span> </span>a une période de floraison d'avril à octobre et une pollinisation<span> </span>entomogame<span> </span>(essentiellement des papillons). Son fruit est une<span> </span>capsule<span> </span>à graines<span> </span>anémochores<sup id="cite_ref-Rameau_1-1" class="reference">1</sup>.</p> <h2><span id="Habitat_et_r.C3.A9partition"></span><span class="mw-headline" id="Habitat_et_répartition">Habitat et répartition</span></h2> <p>Espèce<span> </span>héliophile<span> </span>pionnière, on la rencontre dans des friches, pelouses, coupes forestières, moissons, bord des chemins et talus herbeux, terrains vagues, éboulis<sup id="cite_ref-Rameau_1-2" class="reference">1</sup>. Elle est présente surtout sur substrats calcaires et plus spécifiquement dans des déblais miniers,<span> </span>haldes<span> </span>et pelouses calaminaires.</p> <p>Plante à<span> </span>répartition cosmopolite, elle est commune en France.</p> <h2><span id="Sous-esp.C3.A8ces_et_vari.C3.A9t.C3.A9s"></span><span class="mw-headline" id="Sous-espèces_et_variétés">Sous-espèces et variétés</span></h2> <ul> <li><i>Silene vulgaris</i><span> </span>(Moench) Garcke subsp.<span> </span><i>vulgaris</i><span> </span>des friches vivaces rudérales pionnières, mésoxérophiles, médioeuropéennes, thermophiles.</li> <li><i>Silene vulgaris</i><span> </span>(Moench) Garcke subsp.<span> </span><i>vulgaris</i><span> </span>var.<span> </span><i>latifolia</i><span> </span>des prairies médioeuropéennes, mésohydriques, fauchées, subalpino-alpiennes, neutroclines.</li> <li><i>Silene vulgaris</i><span> </span>(Moench) Garcke subsp.<span> </span><i>angustifolia</i><span> </span>Hayek des arrière-dunes maritimes submobiles, thermophiles, méditerranéennes occidentales, xérophiles.</li> <li><i>Silene vulgaris</i><span> </span>(Moench) Garcke subsp.<span> </span><i>bastardii</i><span> </span>(Boreau ex J.Lloyd) auct. des pelouses vivaces des lithosols compacts (dalles), acidophiles, eu-atlantiques.</li> <li><i>Silene vulgaris</i><span> </span>(Moench) Garcke subsp.<span> </span><i>glareosa</i><span> </span>(Jord.) Marsden-Jones &amp; Turrill des éboulis fins médioeuropéens, basophiles, planitiaires à montagnards, héliophiles.</li> <li><i>Silene vulgaris</i><span> </span>(Moench) Garcke subsp.<span> </span><i>humilis</i><span> </span>(R.Schub.) Rauschert des pelouses métallicoles médioeuropéennes.</li> <li><i>Silene vulgaris</i><span> </span>(Moench) Garcke subsp.<span> </span><i>maritima</i><span> </span>(With.) Á.Löve &amp; D.Löve var.<span> </span><i>maritima</i><span> </span>des pelouses aérohalines submaritimes atlantiques.</li> <li><i>Silene vulgaris</i><span> </span>(Moench) Garcke subsp.<span> </span><i>maritima</i><span> </span>(With.) Á.Löve &amp; D.Löve var.<span> </span><i>montana</i><span> </span>(Arrond.) Kerguélen des rivages submaritimes boréaux, sur galets et graviers.</li> <li><i>Silene vulgaris</i><span> </span>(Moench) Garcke subsp.<span> </span><i>prostrata</i><span> </span>(Gaudin) Schinz &amp; Thell. des éboulis médioeuropéens.</li> <li><i>Silene vulgaris</i><span> </span>(Moench) Garcke subsp.<span> </span><i>thorei</i><span> </span>(Dufour) Chater &amp; Walters des pelouses sabulicoles maritimes, thermoatlantiques.</li> </ul> <p><small><i>Données d'après :</i><span> </span>Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004<small class="cachelinks"> [archive]</small>.</small></p> <div class="thumb tleft"> <div class="thumbinner"><img alt="Graines de Silène commun ou Claquet (Silene vulgaris)" src="https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e4/Silene_vulgaris_maritima1.jpg/220px-Silene_vulgaris_maritima1.jpg" decoding="async" width="220" height="165" class="thumbimage" srcset="//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e4/Silene_vulgaris_maritima1.jpg/330px-Silene_vulgaris_maritima1.jpg 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e4/Silene_vulgaris_maritima1.jpg/440px-Silene_vulgaris_maritima1.jpg 2x" data-file-width="1600" data-file-height="1200" title="Graines de Silène commun ou Claquet (Silene vulgaris)" /> <div class="thumbcaption"> <div class="magnify"></div> <i>Silene vulgaris subsp. maritima</i>, Silène maritime.</div> </div> </div> <h2><span class="mw-headline" id="Utilisations">Utilisations</span></h2> <p>Il est communément appelé « pétard », « péterolle », « péteux » au Québec puisqu’il est amusant de le faire éclater en pinçant son orifice, pour emprisonner l'air, avant de le frapper brusquement sur le dos de l'autre main. Pour la même raison, on l'appelle usuellement « claquet » et « pétarel » dans tout le sud de la France<sup id="cite_ref-2" class="reference">2</sup>.</p> <p>Les jeunes feuilles récoltées avant la floraison peuvent être consommées en potages, salades ou légumes, finement hachées pour être incorporées dans des omelettes<sup id="cite_ref-3" class="reference">3</sup>. Les jeunes pousses de silène enflé sont tendres et croquantes. Leur saveur légèrement sucrée rappelle un peu celle des asperges puis des<span> </span>petits pois. Avec l'âge, les feuilles deviennent coriaces et amères, mais peuvent être cuites à la manière des épinards : soit blanchies d'abord, puis apprêtées par une deuxième cuisson, soit sautées rapidement à l'huile ou au beurre<sup id="cite_ref-Couplan_4-0" class="reference">4</sup>.</p> <p>En Italie orientale (Frioul/Vénétie) le « <i>Silene inflata</i> » est appelé « <i>Sclopit</i> » ou « <i>Sclupit</i> » et considéré comme une herbe aromatique, ses feuilles sont consommées avant la formation des graines, finement hachées dans plusieurs plats traditionnels frioulans :<span> </span><i>minestra allo sclupit</i>, avec les<span> </span><i>spaghettini</i>, ou les fruits de mer Saint-Jacques &amp; Langouste.</p> <p>Dans La Manche, région de l'Espagne, on préparait un<span> </span>gaspacho manchois<span> </span>veuf (<i>gazpacho viudo</i>)<sup id="cite_ref-5" class="reference">5</sup><span> </span>dont la base était constituée de feuilles de silène enflé.</p> <p>En Castille-et-León (Espagne, au nord de Madrid), on prépare une omelette avec les feuilles de silène enflé, appelée<span> </span><i>Tortilla de Collejas</i>.</p> <p>Sur l'île d'Ibiza, les feuilles appelées "verdura", sont l'un des ingrédients du "Cuinat", un ragoût végétarien préparé à Pâques.</p> <p>On trouve encore de la silène sur les marchés en Italie et il est cueilli dans le midi de la France, en Grèce et au Proche-Orient<sup id="cite_ref-chauvet_6-0" class="reference">6</sup>.</p> <p>On lui attribue néanmoins une légère action stimulante douce sur le métabolisme. Les principales substances actives de cette plante sont des<span> </span>saponines<span> </span>(composé toxiques mais peu absorbés par le corps et éliminés par une cuisson prolongée), des<span> </span>mucilages, du sucre ainsi que de la<span> </span>vitamine C<sup id="cite_ref-Couplan_4-1" class="reference">4</sup>.</p> <p>Les racines séchées étaient appelées behen album, et utilisées pour leurs propriétés<span> </span>cordiales<span> </span>et céphaliques<sup id="cite_ref-chauvet_6-1" class="reference">6</sup>.</p> </body> </html>
MHS 120 SV
Graines de Silène commun ou Claquet (Silene vulgaris)

Variété de Thaïlande
Graines de iseron d'eau,...

Graines de iseron d'eau,...

Prix 1,35 € (SKU: P 472 IA)
,
5/ 5
<!DOCTYPE html> <html> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> </head> <body> <h2><strong>Graines de iseron d'eau, patate aquatique (Ipomoea aquatica)</strong></h2> <h2><span style="color: #ff0000;"><strong>10 graines par sachet.</strong></span></h2> <p>Ipomoea aquatica est une plante tropicale semi-aquatique cultivée comme légume pour ses pousses tendres et on ne sait pas d'où elle est originaire. Cette plante est connue en anglais sous le nom d'épinards d'eau, d'épinards de rivière, de gloire du matin d'eau, de convolvulus d'eau, ou sous les noms plus ambigus épinards chinois, cresson chinois, convolvulus chinois ou chou des marais, ou kangkong en Asie du Sud-Est et ong choy en cantonais.</p> <p>Les épinards d'eau produiront des masses de pousses et de feuilles tendres, riches en vitamines et en minéraux, et auront une agréable saveur sucrée et une texture légèrement glissante qui contraste bien avec le croustillant des tiges une fois cuites. Les feuilles et les pousses peuvent être utilisées crues dans les salades, cuites à la vapeur ou sautées comme les épinards.</p> <p>L'alimentation animale</p> <p>Les épinards aquatiques sont donnés au bétail sous forme de fourrage vert à haute valeur nutritive, en particulier les feuilles, car ils sont une bonne source de carotène. Il est donné au bétail, aux porcs, aux poissons, aux canards et aux poulets. De plus, il est mentionné qu'en quantités limitées, I. Aquatica peut avoir un effet quelque peu laxatif.</p> <p>Usage médicinal</p> <p>I. Aquatica est utilisé dans la médecine traditionnelle de l'Asie du Sud-Est et dans la médecine traditionnelle de certains pays d'Afrique. Dans la médecine de l'Asie du Sud-Est, il est utilisé contre les hémorroïdes et les saignements de nez, comme anthelminthique et pour traiter l'hypertension artérielle. Dans l'Ayurveda, les extraits de feuilles sont utilisés contre la jaunisse et la débilité nerveuse. En médecine indigène au Sri Lanka, les épinards d'eau sont censés avoir des propriétés analogues à l'insuline. Des extraits aqueux de I. Aquatica ont montré un effet hypoglycémiant chez les rats Wistar. Un jus aqueux de 100 g de matière végétale a été administré 30 minutes avant de manger du glucose aux patients diabétiques 2. Après 2 heures, on a pu observer que le pic de glycémie était réduit d'environ 30%.</p> <p>En outre, des composés bioactifs antioxydants et des substances antimicrobiennes pourraient être détectés dans les épinards aquatiques. [53] De plus, les extraits végétaux d'épinards aquatiques inhibent la croissance des cellules cancéreuses des cellules Vero, Hep-2 et A-549, bien qu'elles aient une activité anticancéreuse modérée.</p> <p>Semis et plantation:</p> <p>Les graines peuvent être trempées pendant 24 heures avant le semis pour favoriser la germination. La température du sol requise pour la germination est de 20 ° C.</p> <p>Lorsque les précipitations sont faibles, une irrigation intensive et fréquente est nécessaire pour des plantes de haute qualité.</p> <p>Pour produire des plants solides, les graines doivent être semées de 5 à 10 mm de profondeur dans des plateaux avec un terreau suffisamment profond pour permettre aux plantes de développer un bon système racinaire. Le repiquage doit avoir lieu lorsque les plantes ont une hauteur de 10 à 15 cm, avec quatre vraies feuilles. Les rendements les plus élevés sont obtenus en espaçant les plants à 15x15cm. Ils peuvent également être cultivés en rangées espacées d'environ 30 cm avec des plantes espacées de 20 cm dans les rangées.</p> </body> </html>
P 472 IA
Graines de iseron d'eau, patate aquatique (Ipomoea aquatica)

Variété de l’Inde
Graines de riz rouge...

Graines de riz rouge...

Prix 1,95 € (SKU: VE 103 RR (3.6g))
,
5/ 5
<h2><span><strong>Graines de riz rouge Rakthashali</strong> </span></h2> <h2><span style="color: #ff0000;"><strong>100 (3,6 g) graines par sachet.</strong></span></h2> <p>Rakthashali, une variété de riz rare. Le riz rouge est une variété de riz qui est colorée en rouge par sa teneur en anthocyanes. Il est généralement consommé non décortiqué ou partiellement décortiqué et a une enveloppe rouge, plutôt que le brun plus commun. Le riz rouge a une saveur de noisette. Comparé au riz poli, il a la valeur nutritionnelle la plus élevée du riz consommé avec le germe intact.</p> <p>Variétés</p> <p>Les variétés de riz rouge comprennent:</p> <p>Oryza longistaminata, également connu sous le nom de riz rouge<br>Oryza punctata, également connu sous le nom de riz rouge<br>Riz rouge, également connu sous le nom de riz de mauvaise herbe, une variété de riz à faible rendement qui persiste comme mauvaise herbe dans les champs de riz de meilleure qualité<br>Rakthashali, une variété de riz rare<br>Riz Thai Red Cargo, une variété de riz à grains longs non gluant<br>Riz rouge bhoutanais, riz à grain moyen cultivé dans le royaume du Bhoutan dans l'est de l'Himalaya<br>Riz rouge de Camargue, une variété relativement nouvelle de riz cultivé dans les zones humides de la région de Camargue dans le sud de la France<br>Riz Matta Kerala Le riz Matta, également connu sous le nom de riz Rosematta, riz Palakkadan Matta, riz rouge Kerala et riz étuvé rouge, est une variété indigène de riz cultivée dans le district de Palakkad au Kerala. Il est populaire au Kerala et au Sri Lanka, où il est utilisé pour les oisifs et les appams, et mangé nature.<br>Ulikan ou mini-angan, riz rouge héritage d'Ifugao et Kalinga, Philippines<br>Arroz da terra, riz rouge ancestral cultivé dans le nord-est du Brésil (États du Rio Grande do Norte et du Paraíba) depuis le XVIe siècle.</p> <p>Vaisselle<br>Le riz rouge, un plat traditionnel du bas-pays Gullah, semblable au riz jollof ouest-africain.</p><script src="//cdn.public.n1ed.com/G3OMDFLT/widgets.js"></script>
VE 103 RR (3.6g)
Graines de riz rouge Rakthashali
Graines de riz intégrales -...

Graines de riz intégrales -...

Prix 1,95 € (SKU: VE 102 IR (3,6g))
,
5/ 5
<!DOCTYPE html> <html> <head> <meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=UTF-8" /> </head> <body> <h2><strong>Graines de riz intégrales - couleurs mélangées</strong></h2> <h2><span style="color: #ff0000;"><strong>100 (3,6 g) graines par sachet.</strong></span></h2> <p>Ce pack contient plusieurs variétés de riz intégral de couleur différente (voir photo).</p> <p>Le riz intégral est un grain entier et une bonne source de magnésium, de phosphore, de sélénium, de thiamine, de niacine, de vitamine B6 et de manganèse, et est riche en fibres. Le riz blanc, contrairement au riz brun, a le son et le germe enlevés, et a donc un contenu nutritionnel différent.</p> <p>Il a été constaté que les grains germés, en général, ont des avantages nutritionnels. Le riz brun germé, développé pendant l'Année internationale du riz, est du riz brun qui a été trempé pendant 4 à 20 heures dans de l'eau tiède à 40 ° C avant la cuisson. Cela stimule la germination, qui active diverses enzymes dans le riz, donnant lieu à un profil d'acides aminés plus complet. Le riz brun cuit a tendance à être moelleux; Le riz intégral cuit est plus doux et est particulièrement apprécié des enfants.</p> <p>Le riz intégral nécessite généralement des temps de cuisson plus longs que le riz blanc, à moins qu'il ne soit cassé. Des études réalisées par Gujral et Kumar en 2003 ont estimé un temps de cuisson compris entre 35 et 51 minutes.</p> </body> </html>
VE 102 IR (3,6g)
Graines de riz intégrales - couleurs mélangées

Cookies are Necessary and help make a website usable by enabling basic functions like page navigation and access to secure areas of the website. The website cannot function properly without these cookies.

Cookies nécessaires
Les cookies nécessaires contribuent à rendre un site web utilisable en activant des fonctions de base comme la navigation de page et l'accès aux zones sécurisées du site web. Le site web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies.
Nom du cookie Fournisseur Finalité Expiration
seeds-gallery.shop www.seeds-gallery.shop Ce cookie permet de garder les sessions de l'utilisateur ouvertes pendant leur visite, et lui permettre de passer commande ou tout un ensemble de fonctionnement tels que : date d'ajout du cookie, langue sélectionnée, devise utilisée, dernière catégorie de produit visité, produits récemment vus, accord d'utilisation de services du site, Identifiant client, identifiant de connexion, nom, prénom, état connecté, votre mot de passe chiffré, e-mail lié au compte client, l'identifiant du panier. 480 heures
Cookies statistiques
Les cookies statistiques aident les propriétaires du site web, par la collecte et la communication d'informations de manière anonyme, à comprendre comment les visiteurs interagissent avec les sites web.
Nom du cookie Fournisseur Finalité Expiration
collect Google Il est utilisé pour envoyer des données à Google Analytics sur l'appareil du visiteur et son comportement. Suivez le visiteur à travers les appareils et les canaux marketing. Session
r/collect Google Il est utilisé pour envoyer des données à Google Analytics sur l'appareil du visiteur et son comportement. Suivez le visiteur à travers les appareils et les canaux marketing. Session
_ga Google Enregistre un identifiant unique utilisé pour générer des données statistiques sur la façon dont le visiteur utilise le site. 2 années
_gat Google Utilisé par Google Analytics pour diminuer radicalement le taux de requêtes 1 jour
_gd# Google Il s'agit d'un cookie de session Google Analytics utilisé pour générer des données statistiques sur la façon dont vous utilisez le site Web, qui est supprimé lorsque vous quittez votre navigateur. Session
_gid Google Enregistre un identifiant unique utilisé pour générer des données statistiques sur la façon dont le visiteur utilise le site. 1 jour
Contenu non disponible